unnamedRavine du Chaudron ce matin, habituellement à sec...

D'habitude, le cyclone qui passe dans la zone nous laisse le temps d'appréhender sa venue. On s'interroge : sera t-il proche ? Y aura t-il une alerte rouge ? Et plus important : ira t-on travailler ????

Sauf que là, la perturbation s'est créée si proche de La Réunion, et qui plus est, pendant un week-end qu'elle a surpris tout le monde par son importance...ou plutôt par sa proximité avec la Réunion. Baptisée dans la nuit de dimanche à lundi Haliba, la nouvelle tempête serait passée à moins de 50km de l'île mais sans vent violent, restant donc au stade de tempête...

Mais si le vent ne souffle pas, la pluie est diluvienne, les radiers, tous submergés depuis samedi (oui la pluie est arrivée bien avant l'annonce d'une tempête), débordent sur les routes, et les sols sont tous saturés en eau, créant partout des pataugeoires géantes.

Mais la surprise est venue malgré cette pluie, le préfet décidant de fermer pour la journée de lundi les écoles. Pourquoi se dit-on en regardant au sec le déluge ? Les gens semblent circuler (malgré l'extrême risque de glissade, d'aqua planing, ou tout simplement d'être emporté par un torrent ), et les routes ne sont pas encore coupées (enfin quand même, les annonces se succèdent : Cilaos et Salazie sont désormais coupés du monde, et la route du littoral n'est qu'une longue succession de cascades). Car monsieur le préfet veut éviter ce que tout parent semble redouter à la Réunion : la fermeture dans la journée des écoles : c'est à dire, l'application d'une sorte de "trajet d'évacuation" pour les élèves, trajet prévu à la rentrée entre l'établissement scolaire et les parents. En gros, vous avez enfin réussi sans trop de dégâts à arriver à votre travail, vous commencez à vous installer, et là l'école vous appelle : de toute urgence venez chercher votre gamin. Sauf que tous les parents reçoivent cet appel, bouchons monstres, provoquant peut-être d'autres incidents / accidents...et ensuite il faut garder le marmaille au sec...mais il faut retourner bosser (en théorie : l'alerte ne concerne QUE les établissements scolaires, partout ailleurs, the show must go on).

Alors en ce lundi, la question se pose pour beaucoup : aller travailler ou pas ? Risquer de ne pas pouvoir rentrer ou rester chez soi avec un jour de congé sans solde ?

Hum...ça rappelle bizarrement les chutes de neige tout ça !