IMG_2056

Alors que la pluie semble marquer son grand retour, on en a profité pour aller voir du côté de la forêt Sainte Marguerite si les orchidées étaient encore en fleur.

Pour les orchidées, c'est raté, la saison est passée semble t-il, ou pas encore arrivée pour certaines mais la forêt est tout de même sublime. On peut s'amuser à suivre le petit sentier botanique pour reconnaître les différentes espèces de pieds de bois mais ensuite, une fois dans les bois, difficile de discerner dans le fouillis végétal qui est quoi.

Mention spéciale quand même pour cet arbre en fleurs sur le tronc : serait-ce un "bois de pomme" ?

IMG_2044

Une fois qu'on s'éloigne un peu du kiosque et des tables en bois, on commence à monter très doucement vers les bois des hauts. Par moment, le sentier est aménagé pour éviter la boue avec de jolis rondins :

IMG_2049

Dans cette jolie promenade, il n'y a pas à craindre le soleil, au-dessus de nos têtes, un vrai plafond végétal nous assombrit le sentier (et nous permet d'éviter les grosses gouttes). On y croise notamment de magnifiques vacoas et toujours les belles fanjans qui abritent sur leur tronc les fameuses orchidées non fleuries.

IMG_2050

Ambiance Jurassic park garantie. Heureusement, au lieu des vélociraptor ou du terrifiant T-Rex, on risque seulement de croiser des oiseaux la Vierge ou des tec-tec. moqueurs...D'ailleurs, on a repéré leur nid, pas très discrêt la cachette :

IMG_2052

En plus de profiter d'une belle forêt et d'une fraicheur agréable, cette balade vous donnera aussi l'occasion de rencontrer une espèce endémique (ah...toujours ce gros mot : endémique = vous trouverez pas ça ailleurs qu'ici, à la Réunion) : le pandanus des hauts, de son petit nom mignon : le pinpin des hauts :

IMG_7165

Ohhhh c'est beau un pinpin des hauts ! Cousin donc du pandanus des bas, le gros vacoa bien imposant dont les grandes feuilles sont utilisées pour tisser paniers et saisies, le pinpin des hauts offre au regard du promeneur une étrange parenthèse dans la forêt sombre. Comme si d'un coup, un pinpin s'était dit : tiens, et si on s'installait là pour pousser sur les pentes du volcan ?

Le pinpin des hauts prolifère donc à cet endroit et sans l'abri des arbres pour la pluie, le chemin se transforme en marécage. Dommage, on fait donc demi-tour mais le sentier se poursuit, si le coeur vous en dit...