Je ne comprend toujours pas la frayeur que peut déclencher Babouka (ou ses cousines) sur la majorité des gens. C'est vrai qu'elle est grande (tout comme ses cousines), mais elle est tellement fascinante. 

Un nouvel exemple des extraordinaires capacités de ces araignées incroyables : la sortie de la chrysalide. Alors oui, je collectionne depuis un bon moment les différentes mues de babouk laissées ici et là (souvent accrochées à des coins de table, des plants d'aloes ou sous un meuble un peu haut). Ces mues sont vides bien sûr, et sèches ce qui font qu'elles sont très fragiles et même si elles permettent d'observer en toute quiétude les petits yeux des babouks ou leur bouille irresistible avec leurs crochets énormes, elles perdent vite de leur intérêt (et de leur texture) avec le temps.

Mais, là, par hasard, voici un moment exceptionnel : la sortie de sa mue d'une babouk ENORME :

Babouk sortant de sa mue 1

 

Etape 1 : Miss Babouk sort de sa chrisalide par le derrière en fait, d'après ce que j'ai pu voir au zoom de l'appareil, mue et nouvelle peau sont encore collées et elle se dégage peu à peu..

.Babouk sortant de sa mue 2

 

Etape 2 : son nouveau corps est maintenant presque séparé de la mue, en dessous de son corps, on voit comme un filament : c'est le reste de ce qui les reliait. Et au passage, on peut voir sa magnfique jolie petite frimousse, toute belle, toute fraîche.

Babouk sortant de sa mue 3

 

Etape 3 : allez hop, on s'en va ailleurs, finalement le filament collait encore un peu. En fait, sur chaque patte de la mue, il y a comme une sorte de colle assez forte qui maintient fermement la mue sur son support, le temps que le nouveau corps se dégage.

Babouk sortant de sa mue 4 

Etape 4 : adieu la mue. Je l'ai récupéré en vitesse mais sans trop faire peur à la nouvelle babouk dont le corps est encore un peu mou (c'est marrant, elle tient à peine sur ses grandes pattes). La mue aussi était encore molle, contrairement aux mues sèches qu'on trouve partout.

Oui, ok, ces bestioles sont "juste" des grosses araignées, inutile d'en faire tout un fromage. Mais on parle toujours des jolis papillons qui sortent de leur chrysalide...pourquoi ne pas s'attacher à ces bestioles qui multiplient leurs mues pour prolonger leur durée de vie, retrouvant parfois au passage les pattes perdues dans d'éventuels combats...