Prenez un fruit sauvage qui pousse partout et envahit tout. Prenez de la canne à sucre produite en grande quantité au même endroit. Ajoutez de la vanille qui pousse sur place et quelques citrons qu'on trouve aussi partout.

Vous obtiendrez un mélange divin, sucré avec une légère touche d'acidité, et tout plein de vitamines : la confiture de goyavier.

Miam miam miam !

Sauf qu'il y avait cette superstition qui m'empêchait de faire moi-même cette confiture (s'ajoute aussi le fait qu'il ne faut pas me laisser devant un bol de goyaviers, sinon je finis tout), après deux ou trois tentatives calamiteuses de faire de la confiture (la première, aux griottes, ne méritait même pas le nom de coulis, la deuxième tentative, aux zevis, n'avait pas mauvais goût mais il fallait un marteau piqueur pour en prendre un bout).

Bref, là il fallait vraiment agir car :

1) on avait ramassé plus de 2kg de goyaviers (en plus d'un autre kilo englouti) : il fallait préserver donc la santé de nos systèmes digestifs
2) confiture de goyavier : 1 pot = 2€, les fruits : en libre service...le calcul est vite fait pour les gourmands qui consomment beaucoup de confiture
3) à force de dire merci à tous les gens qui t'offrent fièrement un pot de leur crû, il fallait riposter.

Donc LA recette qui semble immanquable :

2kg500 de fruits, 800g de sucre (1kg c'est un poil trop sucré); le jus de 2 citrons et 2 gousses de vanille

Etape 1 : la préparation des fruits :

Le goyavier est un fruit facile à gober tout rond mais difficile à presser en raison de tous ses petits grains. Donc on va le travailler au corps : on le décapite, on le coupe en deux, et on le fait cuire environ 10 minutes avec un peu d'eau dans une casserole. Là, vous pourrez le passer enfin à la moulinette pour obtenir une belle purée de fruit.

Etape 2 : La barbapapation des fruits :

Votre purée est très belle, homogène avec cette belle couleur :

unnamed

Vous allez la rendre encore plus belle en ajoutant le sucre, le jus de citron et les gousses de vanille, et c'est parti pour LA cuisson.Attention, c'est maintenant que tout se joue...
Il vous faudra pratiquer, au bout d'une vingtaine de minutes de cuisson à feu doux le test de la goutte sur l'assiette glacée. Pour les sceptiques, c'est CE TEST qui va déterminer si votre confiture est bien cuite ! Ne présumez pas de vos talents de confiturier en herbe, écoutez vos grand-mères et pratiquez ce test !!!! Si la goutte de confiture, au contact de l'assiette froide, se durcit, stoppez tout ! Sinon, attendez encore un peu, mais attention, souvenez vous du marteau piqueur : une confiture trop cuite est immangeable...

Etape 3 : la mise en pot :

Oui, la cuisson est terminée, et l'heure approche où vous devrez nettoyer le chantier dans la cuisine. Mais pour l'heure, souvenez vous de vos moments de félicité dans le bac à sable de la maternelle à remplir votre seau de sable. C'est presque pareil mais votre pelle s'est transformée en louche. Sauf que ça brûle un peu (mettez des gants), et qu'avant, il aura bien fallu faire le stock de pots et les avoir bien stérilisés en les passant à l'eau bouillante pendant 5 minutes au moins. Une fois le pot plein, la petite technique du retourné de pot, au moins une heure ou deux et voilà :

FullSizeRender

Le seul problème qui reste après cette première session de confitures c'est qu'avec toutes les dettes de pot de confiture accumulées, il ne nous en reste qu'un petit...snif snif...mais la saison ne fait que commencer !