Sur le site de l'Entre Deux, on vous vante les sentiers marmailles, très bien indiqués, très faciles d'accès et surtout, bien expliqués dans le dépliant de l'office de tourisme. On a testé, avec trois marmailles, pour se mettre en situation (dont une qui a mal aux jambes après trois pas de montée) le sentier Cheval (le nom suggérait un argument pour faire grimper ledit marmaille sans trop d'effort. Peine perdue : pas de cheval en vue).

camping entre deux (19)

On commence sur la route, près d'exploitations agricoles, un bon moyen de jouer à reconnaître les différents fruits / légumes, dont la margoze qui pousse sur une treille et non dans le sol...un peu comme les tomates plus loin dans de grandes serres.

camping entre deux (20)

Après 10 minutes sur la route, on continue par un sentier en terre, entouré de cannes à sucre mais aussi d'agrumes (la mandarine pas mûre, pas bon du tout) puis enfin, ça grimpe. On s'en serait douté mais quand même, ne pas négliger les dix bonnes minutes de montée qui vous attendent lorsque votre main est tirée vers l'arrière par un marmaille fatigué. En plus, honnêtement, comme partout à l'Entre Deux, le dénivelé devient vite assez conséquent pour transpirer.

camping entre deux (22)

Ensuite, on redescent tout jusqu'à retrouver la route. Encore dix minutes d'effort sur la route et on arrive à l'aire de pique nique de Bras Long, très très fréquentée le dimanche. Avant l'aire de pique nique, un petit autel St Expedit, et quelques habitations. On se dit que les gens doivent être pas mal installés là quand même...jusqu'à voir la proximité avec le radier.

camping entre deux (23)

camping entre deux (24)

Le lendemain, on apprend aux infos que 80 personnes ont bel et bien été bloquées par le radier submergé quelques heures après qu'on ait fait demi-tour (le sentier est un aller-retour). Parce que oui, à l'Entre Deux, ne pas oublier qu'on est dans les Hauts, et qu'il pleut vite.