IMG_2768

"A La Réunion, on compte 4 espèces de fougères arborescentes" nous apprennent aujourd'hui les guides des Week-end natures (organisés par le département, chaque année en octobre). Bon, ça nous fait une belle jambe si on n'arrive pas à reconnaître...mais justement, le but de ces week-end nature c'est d'apprendre seul à reconnaître les plantes et pour ça, les guides nous donnent des trucs faciles à retenir.

Les deux premières espèces sont sur la photo du dessus : L'une est femelle, l'autre mâle. Comment reconnaître le mâle de la femelle ?

Pour une fois dans la nature, et contrairement à beaucoup d'espèces animales, c'est la femelle qui en impose le plus : tronc plus épais, parasol de feuilles plus étendu et feuilles plus imposantes. En plus, en haut de son "tronc", on voit les cicatrices des anciennes feuilles alors que le mâle garde un tronc tout fin, sans cicatrices. Donc en toute logique, la femelle sur la photo est celle de gauche.

Autre différence, plus subtile : les feuilles. La femelle a des feuilles qui se séparent trois fois (donc plus effilées et plus fines : cf feuilles du haut ci-dessous). Le mâle, lui a des feuilles qui ne se séparent que deux fois donc plus compactes (cf feuilles en bas).

IMG_2770

Maintenant qu'on sait différencier le mâle de la femelle, on croit avoir tout compris mais il faut se souvenir qu'il s'agit de deux espèces bien différentes, qui ne portent ces appellations qu'en lien avec la tradition de prendre dans la femelle les racines aériennes (absentes du pied mâle). On a donc déjà identifié deux espèces sur quatre, c'est déjà bien parti.

Une troisième espèce est présente plus haut en altitude (Bélouve par exemple) et présente des fougères de 4-5 mètres de hauteur. Il s'agit là encore d'une femelle au feuillage imposant.

La dernière fougère fait figure de "méchante" dans le lot. Venue d'Australie, elle se développe plus vite que les trois autres espèces et envahit tout. Dotée d'une grande capacité de reproductions, elle a depuis longtemps peuplé les jardins et colonise à présent les fôret. Comment reconnaître cette autre peste végétale ? Elle est toute poilue et apparaît un peu rousse sur le début des tiges :

IMG_2755

Elle reste, bien sûr, très belle, et comme elle grandit vite, on comprend pourquoi elle a séduit les jardiniers mais à présent, mieux vaut miser sur une autre fougère...