Dans la série "on découvre plein de choses dans un jardin", on  a aujourd'hui enfumé notre premier nid de guêpes...Ce n'était pas le premier qu'on avait mais comme les deux premiers avaient atteint la taille respectable d'un ballon de volley et d'un ballon de basket (sans exagérer), qu'on a découvert sur le tas une petite allergie au venin de la guêpe, on avait laissé faire quelqu'un, ravi de pouvoir profiter de ces nids pour en dévorer les larves...

Oui, on mange ici à la Réunion les larves de guêpes, c'est un plat de gourmet, au léger goût de miel paraît-il, et c'est un plat de luxe qu'on trouve à des prix au kilo plus chers que celui des bichiques (quand on en trouve car bien souvent, on consomme les larves entre proches plutôt que de les vendre).

Pas de recette ici sur les larves de guêpes, la récolte cette fois-ci étant franchement modeste puisqu'on a enfumé un début de nid qui avait atteint, quand même, la taille d'une balle de tennis si on reste dans les comparaisons "sportives". Bon oui, il faut respecter les insectes, chacun ayant son utilité, blablabla, sauf que les guêpes à côté du fil d'étendage, ça va cinq minutes mais au bout de deux ou trois piqûres bien senties, il faut passer à l'action. Donc il faut enfumer le nid avec un tissu qu'on a préalablement enflammé et mis au bout d'un bâton histoire de ne pas se faire piquer. Les grandes filles partent ailleurs (cela dit elles sont revenues prudemment quinze minutes plus tard pour constater les dégâts), et les baby guêpes passent un mauvais quart d'heure. Le nid tombe par terre, c'est fini de cet abri.

On passe ensuite à l'étape cours de biologie...et les travaux pratiques c'est toujours plus marrant que les cours ! Voici l'évolution de baby guêpe inoffensive à guêpe déjà virulente :

IMG_1108

De gauche à droite le beau développement des embryons mis au niveau des guêpes : on voit progresivement se dessiner la petite tête, puis les pattes, l'abdomen et au dernier stade, elle ressemble franchement à une future guêpe et essaie même de vous piquer en contractant son petit derrière affiné...Il lui manque juste la couleur jaune vif. Pour la consommation, franchement, je ne sais pas à quel stade on s'arrête : les vers blancs ? Les petites pattes ? En tous cas, dans le nid, les alvéoles suivent l'évolution de la bestiole. Stade larvaire blanc : l'alvéole reste ouverte. Stade pattes qui se dessinent : l'alvéole se referme un peu. Stade final : l'alvéole est bien fermée et s'est même coiffée des sortes de chapeau qu'on voit à droite.

ça ferait presque regretter ses cours de bio...