A Maurice, même si le taxi semble être une solution facile et sympa, certains chauffeurs vous donnent peu envie parfois de les suivre. Bien que tous ne soient pas des fous du volant ou des bavards invétérés, on peut franchement leur préférer les bus qui permettent de bien voyager, pour trois fois rien...

Inutile de chercher un plan des réseaux de bus, encore moins de fiche horaire ou de ligne définie par un numéro. Les bus défilent et ne se ressemblent pas, c'est même un sport local de les customiser :

60140697

Ici à la gare routière de Flacq, on a l'impression que ces bus vivent leur vie propre, sans tenir compte les uns des autres mais non non, il y a bien une organisation, c'est juste qu'elle diffère de ce qu'on connait en Europe.

Soit on prend le bus à une gare routière, située dans une ville de bonne importance. La gare de Curepipe par exemple est assez gigantesque et comme dans toutes les gares, elle rameute aussi une population bigarée, on y croise les vendeurs de casse croûte en tous genres, quelques voyageurs, beaucoup et surtout de travailleurs, et forcément, oui, quelques gens avec un coup dans le nez. Ce labyrinthe n'inspire pas forcément confiance à première vue mais les gens sont adorables et vous aident toujours à trouver votre bus (attention quand même à bien prononcer le nom de la destination !).

Soit on prend le bus sur un "bus stop", ces petits panneaux qui fourmillent près des routes :

P1060734

Soyez patient, pas d'horaires certes mais un bus finit toujours par passer et comme ça, on ne s'inquiète pas du retard puisqu' il n'y a pas d'heure de passage !

Une fois le bus arrivé, on indique gentiment au contrôleur l'arrêt où on va. D'une pierre deux coups : on s'assure que le bus est bien le bon (ce n'est pas du luxe) et surtout, on lui dit notre arrêt. Car ensuite, pas la peine d'espérer voir un parcours de notre bus ni des arrêts. Il n'y en a pas. Enfin si, mais rien de formalisé. L'avantage c'est que si le contrôleur est sympa, il peut vous arrêter en dehors des bus stop pour vous arranger...Et le chauffeur, on ne le voit pas directement, assis dans sa petite cabine. On s'assoit et on attend que le contrôleur vienne nous demander la somme du voyage. Là franchement je n'ai pas tout compris, qu'on fasse une heure ou dix minutes de bus, c'est presque le même prix (environ 50 centimes le voyage). Pour s'arrêter, soit le contrôleur se rappelle de nous (ils ont une grande mémoire), soit on appuie sur un interrupteur qui fait biiiiiiiiiiiiiip. Plus moderne que le claquement des mains à la Réunion dans les bus jaunes !

Des inconvénients quand même : le bus est vite bondé, les sièges prévues pour 2 personnes peuvent servir pour 3 et les virages sont secs...Sinon, c'est que du bon. On ne s'ennuie pas malgré la vitesse réduite du bus, les gens défilent, beaucoup sont bavards et veulent savoir où vous allez, d'où vous venez, qui vous êtes. On peut aussi admirer la grande mémoire du contrôleur qui parvient à toujours savoir si vous avez payé ou si vous venez de vous asseoir (par politesse, on vous laisse vous asseoir avant de payer).

Dernier point marrant avec les bus : les chauffeurs qu'on ne voit pas manifestent quand même leur présence, et notamment leur religion : la preuve : 

P1150027rien d'inquiétant, pas de quoi paniquer !