Accueillir de la famille, ce n'est jamais de tout repos mais ça permet de découvrir de nouveaux endroits et de faire tout plein de belles choses. 

Pour commencer, une petite promenade idéale le dimanche pour se rafraichir la tête, les idées et respirer du bon air des fôrets.

Dans le Sud de l'île, nichés sur une ancienne coulée de lave, des arbres ont eu la drôle d'idée de pousser en diffusant telles des pieuvres géantes leurs racines grandioses, colonisant peu à peu la roche volcanique. D'autres plantes se sont dit qu'ils avaient eu là une riche idée car pas encore de prédateurs pour les grignoter, elles ont décidé de s'installer sur les racines, sur les troncs, sur les branches, un peu partout en fait, et parsèment alors les arbres de leurs feuilles non parasites aux formes originales, la patte de lézard cotoie alors la corne d'élan.

Tout ça nous donne la belle et méconnue fôret de Mare-Longue, sur les hauteurs de Saint Philippe (mais pas si haut quand même mine de rien). Pour y aller, les indications sont nombreuses car l'ONF veille au grain sur cette belle fôret et a donc créé plusieurs sentiers botaniques très cadrés. On quitte donc la route principale aux environs du jardin des parfums et des épices qui au passage est né de la même façon que Mare-Longue, sur une ancienne coulée de lave. La route forestière, plutôt de bonne qualité, n'est pas large mais autant modérer son allure car la vue est belle : 

DSC00068

Faut aimer la verdure, c'est sûr, car la balade dans les bois ne donnera pas accès à une vue, du moins pas le premier parcours. Mais c'est une chose à tenter que de monter tout en haut, dans un gite pour y passer la nuit. Après, comme toujours le Sud de l'île attire sans cesse mais quand on y est, on n'a plus envie de le quitter ! 

DSC00069

Trois parcours principaux d'abord, l'ONF annonce une heure par parcours, c'est largement exagéré, les plus rapides mettront la moitié du temps annoncé, les plus curieux 45 minutes. Autant alors compiler les parcours...

DSC00070

Chaque parcours a une couleur qui est celle de petites plaquettes qui nous donnent le nom des bois qu'on a devant soi. Soit vous êtes botaniste et vous retiendrez le nom latin et la famille de l'arbre, soit vous êtes novice et vous vous amuserez devant les noms péi donnés aux arbres : bois de pomme blanc, bois de fer bâtard, bois d'arnette, bois de chandelle, bois de pomme rouge, bois blanc, etc etc...La règle à retenir c'est qu'il s'agit déjà des "bois" de quelque chose, donc des arbres originaires de l'île, à la différence des pieds (de mangue, de letchi, etc etc) introduits sur l'île. Et si on veut faire plus simple, on dit qu'il s'agit de bois de couleurs car, comme nous l'a expliqué la très érudite guide du conservatoire botanique des Mascarins, la fôret contient tellement de nuances de verts différentes, qu'il faudrait toute la palette d'un peintre pour représenter ces arbres. 

L'arbre le plus beau de ce sentier reste ce magnifique bois de trucmuche, au début de la balade, devant lequel une plaque de marbre rend hommage à M. Cadet, botaniste de la Réunion qui a étudié la flore de son île. 

DSC00084