Observez bien cette photo :

DSC00713

Cette photo a été prise dans un taxi brousse bondé (pléonasme...) qui nous amenait de Manakara à Ranomafana. Route de montagne, virages, arrêts nombreux dûs à un chauffeur particulièrement chiant qui prenait sur la route n'importe qui histoire de se mettre quelques Arirary de plus dans les poches (on a été jusqu'à prendre deux gars qui sortaient par les fenêtres pour quelques kilomètres car on était déjà trop plein)

Jusque là, classique quand on prend des taxis brousse régionaux (les nationaux c'est le luxe à côté vu que la banquette prévue pour trois contient bien trois passagers). Mais cette petite fille qui me regarde prendre la photo est sage. Et elle tient dans sa main droite un oeuf de canne, un oeuf qu'elle ne mange pas (il est dur), qu'elle ne casse pas, qu'elle ne range même pas. Elle le garde simplement en main. Et surtout, aux pieds de cette petite fille, un canard (si si on voit son bec) qui ne bronche pas, qui ne pince pas la fillette, qui est pourtant bien vivant ! Et nous, en bons occidentaux, on a mal au coeur avec ces virages.  Et puis la route est longue, ça fait des heures qu'on roule, on en a marre. Et en plus les sièges sont inconfortables, ça pue (le canard)...et on râle. On a faim, on a soif, on a envie d'aller aux toilettes...

Et cette petite, elle n'ouvrira pas la bouche, elle ne se plaindra pas du voyage, même quand un bonhomme la pousse pour se caser pour quelques bornes presque sur ses genoux. Même quand le canard, se souvenant qu'il existe, décide de goûter à ses mollets. Et exception faite de deux marmailles gâtés, tous les enfants malgaches avaient cette tranquillité, ce respect des adultes et de leurs consignes qui donnent  envie en comparaison de nos enfants occidentaux qui sont devenus des petits rois. Un mal pour un bien ? Est ce qu'en leur donnant l'occasion de se réaliser pleinement on ne leur enlève pas cette tranquillité des enfants malgaches qui n'ont pas intérêt à se faire trop entendre...En tous cas, malgré leurs handicaps, les enfants obéissaient au doigt et à l'oeil sauf ce petit Fredé, qui n'était pas handicapé mental, juste sourd...

DSC00410

En même temps, avec un sourire pareil, personne ne lui résiste (au début)