Juste un article publié aujourd'hui sur Clicanoo et qui soulève des questions intéressantes...

"Après les requins, les émeutes vues par la presse nationale

Après les requins, les émeutes vues par la presse nationale
 

"Nuit d’émeute à la Réunion, au bord de l’explosion sociale” pour Libération, “Deuxième nuit de violences” pour le Monde, ou encore “Réunion : scènes de pillage à Saint-Denis”, tels étaient les titres qui défilaient sur les sites d’information nationaux hier matin. Le quotidien gratuit 20 Minutes en a même fait sa Une d’hier matin, titrant “La Réunion pique sa crise”. TF1, Europe 1, le Figaro, le Point, le Nouvel Observateur, Ouest-France et autres médias nationaux ont retracé les violences nocturnes de mardi et mercredi, reprenant pour la plupart des dépêches d’agences de presse comme l’AFP ou Reuters. Leurs sources : le cabinet du préfet et “des riverains”. Les divers articles parus mentionnaient, en outre, la présence de femmes et “d’enfants de 8 à 10 ans” parmi les casseurs. Les faits sont aussi l’occasion de “décryptages” sur des sites tels que 20 minutes, qui faisait le point sur la situation des Réunionnais. L’article, titré “La Réunion : avec la vie chère, le chômage est le grand fléau”, dresse un magnifique tableau des problèmes d’emploi dans l’île. Système mafieux, travail non-déclaré, problèmes de mobilité ou absence de qualifications spécifiques y caractérisent le département. De quoi redorer le blason de notre île et de son tourisme déjà plaintif. 

Des actualités peu valorisantes

A l’Express, un article annexe “Les Réunionnais sont en guerre contre la vie chère” retrace un historique des événements qui ont mené aux émeutes, en trois parties : les revendications, l’origine du mouvement, et une nuit d’affrontement. Enfin, une grande partie des médias n’a pas manqué de rappeler les propos du préfet, selon lesquels le gazole réunionnais reste le moins cher de France... Une indication qui n’incitera peut-être pas beaucoup nos concitoyens à l’empathie. Si la Réunion fait beaucoup parler d’elle ces derniers mois, ce n’est malheureusement pas en termes très valorisants. En octobre dernier, les médias nationaux relayaient les attaques de requins successives faisant état de deux morts. Pas plus tard qu’en début de ce mois de février, c’est l’accueil très peu chaleureux réservé à Marine Le Pen lors de son déplacement sur l’île qui faisait l’info chez nos collègues de métropole. Il y a quelques semaines, Reuters plaçait la Réunion dans les Antilles, et hier encore, c’était au tour de l’Express de qualifier la Réunion d’”archipel”. Osons espérer qu’à force d’en parler, les médias nationaux sauront enfin nous situer... ■"