Eve de ses décombres,
Ananda Devi

index

Publié chez Gallimard, ce très beau roman donne à voir une île Maurice qui ne cadre plus du tout avec les belles plages de sable fin. La narration se partage entre quatre personnages, quatre voix d'une jeunesse mauricienne qui peine à exister sans futur rose à venir.

Il y a la belle Eve, qui vend son corps en échange de trois fois rien, juste pour se dire qu'elle existe seule, que les autres lui prennent son corps mais jamais son esprit. Elle a commencé dès la primaire, en échange d'une règle et d'un bout de gomme et elle continue au collège, cette fois avec un enseignant. Tout ce que désire Eve c'est partir un jour de Troumarron, le quartier pauvre où elle vit avec ses parents.

Il y a Sad, amoureux d'Eve et de Rimbaud, qui fuit Troumarron avec ses poèmes mais sort tout de même avec tous les autres jeunes perdus de son quartier. Il s'évade par les mots mais reste pour Eve, pour la sauver de devenir la cible des rancœurs des jeunes de Troumarron, fatigués du mépris de la jeune fille qu'ils ont pourtant tous possédée.

Il y a Clélio, qui exprime par une violence physique son mal-être, son sentiment d'injustice par rapport à la vie. Il met de la haine dans ses relations avec les autres, avec son frère parti en France depuis longtemps, qui l'a abandonné à son triste sort mauricien, sans avenir valable, avec ses parents tous les deux résignés et au chômage.

Et puis il y a la gentille Savita, la seule amie d'Eve dans les bras de qui elle s'évade de temps à autre. Elle lui apporte un peu de soleil dans un pays qu'on voit pourtant comme toujours ensoleillé, et Savita se trouve surtout au mauvais endroit au mauvais moment et déclenche ainsi la colère de tout un quartier qui n'attendait qu'une braise pour s'enflammer...

A travers ces quatre voix, se dessine une vision de ce que peut ressentir un jeune à Maurice, sur son présent, sur son avenir qui semble tracé d'avance...L'écriture d'Ananda Devi parvient à saisir les subtilités de chaque personnage pour en extraire une sensibilité propre. Un voyage à Maurice intéressant mais pas forcément joyeux !